LCA - Un patient sauvé grâce à la phagothérapie

Résistance aux antibiotiques

Un patient sauvé grâce à la phagothérapie

Par: 

Un premier patient américain atteint d’une infection grave, ayant frôlé la mort, peut désormais retravailler après avoir reçu une phagothérapie, une thérapie antibactérienne utilisant des virus naturels, selon des médecins de l’école de médecine de San Diego aux Etats-Unis.

Tom Patterson, professeur de psychiatrie à l’université de San Diego (États-Unis), infecté par une bactérie naturellement résistante à de nombreux antibiotiques, appelée Acinetobacter baumannii, en 2015 lors d’un voyage en Égypte avec sa femme, est désormais sauvé, révèle le Pr Robert Schooley, chef du département des maladies infectieuses de l’école de médecine de San Diego et ami du malade.

C’est une thérapie alternative aux antibiotiques, nommée «phagothérapie» par un Franco-Canadien Félix d’Hérelle, microbiologiste à l’Institut Pasteur, qui a sauvé la vie à ce médecin de 71 ans. Une fois rapatrié aux États-Unis quelques mois après être tombé malade, Tom Patterson a reçu, par intraveineuse directement dans l’abdomen, un cocktail de quatre virus mangeurs de bactéries, des «phages» collectés dans les eaux usées, terrain où ils se trouvent en grand nombre. Il existe plusieurs milliards de milliards de ces «bactériophages».

La recherche dans ce domaine n’a perduré principalement qu’en Europe de l’Est, et en particulier en Union soviétique (Pologne, Russie et surtout Géorgie) après les années 30, date de la mise au point des premiers antibiotiques. Trois après jours après le début du traitement, le patient est sorti de son coma. Depuis juin 2016, la bactérie n’est plus présente dans son organisme.

La phagothérapie interdite en France

Face à ce succès inattendu, l’équipe médicale de San Diego compte ouvrir un centre spécialement dédié à la recherche sur les bactériophages pour apporter des traitements personnalisés aux patients grâce à des combinaisons de phages. Le centenaire de la recherche dans ce domaine est d’ailleurs célébré cette semaine à l’Institut Pasteur de Paris. La phagothérapie est actuellement interdite en France. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) estime que la mise sur le marché des phages n’est pas à l’ordre du jour en l’état actuel des connaissances et le manque d’essais cliniques. Aux Etats-Unis, les seuls phages commercialisés actuellement sont destinés à protéger les aliments contre des infections bactériennes.

Certains médecins en France, au Canada, en Allemagne, en Australie ou aux Etats-Unis ont recours à la phagothérapie dans des cas très ponctuels d’impasse thérapeutique. C’est pourquoi, la plupart des patients victimes de bactéries multirésistantes se rendent en Géorgie pour bénéficier du traitement. A l’horizon 2050, l’antibiorésistance pourrait tuer 10 millions de personnes chaque année à travers le monde, soit plus que le cancer.

Lu 175 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

L'APN adopte à la majorité le plan d'action du gouvernement

présenté par le Premier ministre, Abdelmadjid  Tebboune

L'APN adopte à la majorité le plan d'action du gouvernement

Flissi et Benbaziz passent en demi-finales

Boxe/Championnat d’Afrique 2017

Flissi et Benbaziz passent en demi-finales

El Othmani mise sur les régions

Equité territoriale (Maroc)

El Othmani mise sur les régions

Cesser les dépenses publiques et en appeler aux ressources du marché

Ce que déduisent les experts du plan d’action:

Cesser les dépenses publiques et en appeler aux ressources du marché

«Le prochain code de travail ne sera pas tendre avec les travailleurs»

Un ancien syndicaliste affirme:

«Le prochain code de travail ne sera pas tendre avec les travailleurs»

Cesser les dépenses publiques et en appeler aux ressources du marché

Ce que déduisent les experts du plan d’action

Cesser les dépenses publiques et en appeler aux ressources du marché