LCA - Une 1re tranche de 1,5 milliard de DA affectée aux indemnisations des expropriés

ph: archive

Port Centre d'El-Hamdania

Une 1re tranche de 1,5 milliard de DA affectée aux indemnisations des expropriés

Une première tranche financière de 1,5 milliard de dinars a été affectée par les pouvoirs publics aux indemnisations des expropriés (de biens) pour cause d'utilité publique dans le cadre du projet de réalisation du Port Centre d'El-Hamdania, à l’est de Cherchell (W.Tipasa), a annoncé, lundi le wali, Moussa Ghelai.


 

Cette première enveloppe, destinée aux indemnisations au titre de l’expropriation pour cause d'utilité publique, relative à l’implantation de ce mégaprojet stratégique à l’échelle africaine, a déjà été versée au Trésor de la wilaya de Tipasa, a indiqué M. Ghelai dans un point de presse animé à l’occasion de la Journée nationale de la presse, ajoutant que plus de 300 familles devront être évacuées du site concerné.

«Nous avons déjà procédé, en coordination avec les services concernés, à la délimitation des assiettes foncières susceptibles d’accueillir le projet», a précisé le wali dans une déclaration à l’APS, signalant la préparation, en cours, des décisions d’indemnisation.

Des enquêtes foncières y afférentes ont été engagées l'année dernière, soit immédiatement après la promulgation du décret d’expropriation pour utilité publique relatif à ce projet, dans le Journal officiel (JO), a-t-il souligné. Un projet qui fera de Tipasa l’une des plus riches wilayas du pays, selon l’expression de M .Ghelai.

Plus de 300 familles à évacuer... pas de craintes concernant les habitations sans actes de propriété

Le wali a tenu, à l’occasion, à rassurer les familles concernées, au nombre de 320 résidentes sur le site destiné à l’implantation du projet, puisque l’Etat prendra en charge leur relogement dans des logements décents.

Il leur a aussi assuré qu’ils ne seront pas inquiétés durant les premières étapes de lancement de ce projet, et que les pouvoirs publics «auront assez de temps» pour leur réaliser des logements.

Le barème des indemnisations sera soumis aux cours du marché, a par ailleurs, fait savoir le chef de l’exécutif, tout en assurant également aux familles, non détentrices d’actes de propriété, qu’elles seront aussi prises en charge par l’Etat et qu’elles ne seront pas abandonnées à leur sort.

Dans une démarche prospective, la wilaya de Tipasa a localisé une assiette, dans le périmètre du port, pour l’implantation de logements destinés aux familles concernées par l’évacuation, a ajouté le wali, affirmant la prise en considération, selon les orientations du président de la République, de toutes les données, notamment celles relatives à la préservation de la stabilité des habitants.

Le chef de l’exécutif, qui a affirmé l’irréversibilité de la décision du lancement de ce projet sans pour autant donner une date pour ce faire, a annoncé, par ailleurs, des préparatifs, en cours, au niveau du ministère des Travaux publics en vue du lancement d'un avis d’appel d’offres international pour la révision de l’étude préliminaire du projet, suite à certaines réserves exprimées à son sujet.

Une assiette de près de 12 hectares a été affectée aux équipements du groupement d’entreprises en charge de la réalisation du projet, qui a déjà entamé l’acheminement des installations vers le site.

Le wali de Tipasa a également annoncé l’adoption de l’étude relative à une pénétrante devant relier le futur port à l’autoroute Est-Ouest au niveau d’Oued Djer à El-Affroune (Blida), sur 42 km, avant d’être raccordée à la route transsaharienne (Nord-Sud), dans un objectif de constituer à l’avenir un portail pour l’Afrique.

Un autre projet pour la réalisation d’une voie ferrée pour relier le port de Hamdania au réseau ferroviaire national à partir d’El Affroune, en passant par Hameur El-Aïn (Tipasa) a été également adopté par la même occasion, a indiqué le wali.

En vertu d’un protocole d’entente conclu le 17 janvier 2016, ce mégaport sera construit par une société de droit algérien composée du Groupe public des services portuaires et de deux compagnies chinoises : CSCEC (China state construction corporation) et CHEC (China harbour engineering company).

D’un coût de réalisation estimé à 3,3 milliards de dollars, cette infrastructure portuaire sera financée dans le cadre d'un crédit chinois à long terme.

Lu 199 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Concert de musique andalouse à Alger

A la mémoire de Cheikh Abdelkrim Dali

Concert de musique andalouse à Alger

Le hacker arrêté à Batna et assurance d’Algérie Télécom

Soupçonné d’avoir piraté le système d'information d'Algérie Télécom

Le hacker arrêté à Batna et assurance d’Algérie Télécom

Même croissante, rien n’est encore acquis

Coopération algéro-française

Même croissante, rien n’est encore acquis

L'Algérie a franchi de «grands pas»

Développement et protection sociale

L'Algérie a franchi de «grands pas»

936 projets touristiques pas encore lancés

Sur 1 800 retenus au niveau national

936 projets touristiques pas encore lancés

Une contribution essentielle mais à quel prix ?

L’apport du privé peut s’avérer dans l’essor national

Une contribution essentielle mais à quel prix ?

Une victoire sans la manière

Algérie-Centrafrique

Une victoire sans la manière

Les lobbies de l’importation pointés du doigt

Retard dans l’application du Pacte national économique 

Les lobbies de l’importation pointés du doigt

Une ville riche en potentialités, pauvre en initiative et volonté

Le climat des affaires à Bou-Saâda

Une ville riche en potentialités, pauvre en initiative et volonté

Une lumière qui s'éteint

Bou-Saâda avant et après

Une lumière qui s'éteint