LCA - Revaloriser la culture de la figue de barbarie, objectif d’une fête locale à Sahel

PH: archive

Tizi Ouzou

Revaloriser la culture de la figue de barbarie, objectif d’une fête locale à Sahel

Par: 

Revaloriser la culture de la figue de barbarie est l’objectif de la sixième édition de la fête annuelle consacrée à ce fruit sauvage par le village Sahel dans la commune de Bouzeguène, à 70 km à l’extrême sud-est de Tizi Ouzou.


Cet évènement qu’organise l’association culturelle Sahel en collaboration avec le comité de village, l’APC de Bouzeguène et l’APW de Tizi Ouzou, se déroule depuis vendredi en présence d’une vingtaine d’exposants venus de  différentes localités de la wilaya de Tizi Ouzou mais aussi d’autres wilayas du pays, a-t-on appris des organisateurs.

Au niveau de la placette du village ainsi qu’à travers ses artères, ce fruit d’été est à l’honneur jusqu’à ce dimanche. Douce ou épineuse, rouge, jaune ou verte, selon la variété, la figue de barbarie était largement convoitée par les visiteurs qui étaient nombreux à se rendre à Sahel à l’occasion de cette fête locale.

A l’ouverture de la manifestation, la présidente de l’association Sahel a rappelé que l’objectif principal de cet évènement, lancé en 2011 et qui ne cesse de grandir au fil des années, est d’encourager la culture de la figue de barbarie et de la relancer en vue d’en faire une activité économique qui contribuera au développement de la région.

Profitant de la présence de président de l’APW de Tizi Ouzou, l’association a déposé un avant-projet de relance de la filière à travers un large programme de plantation qui s’effectuera au niveau du village avec la contribution des autorités locales.

Les cultures de la figue de barbarie ont déjà été renforcées par plusieurs plantations réalisées depuis la saison écoulée, a-t-on expliqué, affirmant que les habitants du village Sahel ont tous adhéré à cette démarche qui vise à redorer le blason de ce délice naturel aux multiples bienfaits pour la santé humaine.

En plus des exposants de la figue de barbarie qui sentait encore l’odeur de la fraîcheur matinale des hautes montagnes de la Kabylie, des transformateurs du fruit étaient présents à Bouzeguène. Car, au-delà du goût exceptionnel de ce fruit que les femmes cueillent quotidiennement dès les premières lueurs de la matinée, les vieux et les vieilles du village  lui reconnaissent plusieurs atouts sur l’organisme, a-t-on expliqué.

Une vieille dame accompagnée de sa fille, expose des fleurs séchées de ce fruit utilisées comme des tisanes qui apaisent les troubles digestifs, les douleurs abdominales et nettoient les reins, a-t-elle affirmé.

La peau de la figue de barbarie, une fois séchée, est utilisée pour extraire une huile qu’on utilise comme remèdes contre les maladies ou comme un produit de beauté, a-t-elle ajouté.

D’autres femmes, rencontrées un peu plus loin, témoignent que même les épines du figuier de barbarie ont été utilisés, dans le passé, par les femmes kabyles dans la confection de tatouages qu’elle portaient sur le visage, sur les mains et sur les pieds.

Après avoir dessiné le tatouage désiré, les femmes piquaient la peau avec les épines de cette plante jusqu’à ce que la matière, qui servait à la réalisation de ces décors corporels, pénètre à l’intérieur, a expliqué l’une d’elles.

La fête a été marquée également par un transformateur des fruits du terroir venu de Béjaïa qui utilise la figue de barbarie pour la production d’un vinaigre naturel et d’une confiture recommandés pour ceux qui présentent des troubles de digestion ou atteints du diabète, a-t-on fait savoir.

La 6e édition de cette fête locale consacre ainsi les valeurs d’un fruit sauvage, épineux mais combien délicieux et bénéfique que la nature offre à l’homme à titre gracieux, avec la seule et simple condition de le préserver et le sauvegarder de la disparition.

Lu 301 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

2017.. une année blanche

Les importations d’automobiles suspendues

2017.. une année blanche

Madjer :

remplacé mercredi l'Espagnol Lucas Alcaraz

Madjer : "J'ai les compétences qu'il faut pour diriger les Verts"

4 000 retraits de permis en un mois

Sécurité routière à Alger

4 000 retraits de permis en un mois

Le e-commerce bientôt encadré

Un projet de loi au niveau de l’APN

Le e-commerce bientôt encadré

ville touristique ou dépotoir ?

Aïn Tagouraït (Tipasa)

ville touristique ou dépotoir ?

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

Journée mondiale contre le gaspillage alimentaire

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Insécurité dans les hôpitaux

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

Necib au sujet du rejet des eaux usées à Alger

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

270 000 logements à réaliser en 2018

Ils concerneront les formules AADL, LPA et ruraux

270 000 logements à réaliser en 2018

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

Avec 12 milliards de DA remboursés rien que pour les arrêts de maladie

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !