LCA - L’histoire à travers les photos

ph: archive

L'exposition «Il y a cent ans en Algérie» fait une halte à Alger

L’histoire à travers les photos

L'exposition de photographies, «Il y a cent ans en Algérie», retraçant le périple de deux pères blancs à travers les oasis algériennes en 1903, témoin de la vie quotidienne et de l'habitat de  l'époque, a été inaugurée jeudi à Alger.


 Organisée au Centre des arts du Palais des raïs-Bastion 23 par le Centre culturel et de documentation saharienne (CCDS), cette exposition regroupe des photos d'archives prises dans les villes de Ghardaïa, El-Menia, In Salah ou encore dans les régions du Touat et de la Saoura.

Une partie de cette exposition, intitulée «Aux oasis sahariennes, le voyage de deux pères blancs en 1903», témoigne de la vallée du M’zab au début du siècle dernier avec plusieurs photographies des places de marché, des différents ksour et des images de la vie quotidienne restituant les fêtes populaires, les costumes de l'époque et la vie agraire dans la région.

Ce périple, entrepris à dos de dromadaires par Mgr Guérin et le Père Vellard entre février et juillet 1903, fait une halte importante dans la région du Touat et du Gourara à Adrar où les voyageurs se sont intéressés au ksour de Tamentit, à l'oasis de Deldoul, et aux villes de Reggane, Aoulef et Timimoune reconstituant par la photo la vie quotidienne de ces villes, la misère vécue par les populations locales à l'époque, ainsi que l'architecture oasienne.

L'exposition propose également aux visiteurs de découvrir des paysages du Grand sud à In Salah et l'oasis de Tit ainsi que les textes originaux tirés du carnet de voyage des deux explorateurs qui se sont donné pour mission de «décrire les conditions de vie des populations (...) et chercher des moyens de leur venir en aide». Au retour vers le nord, les voyageurs proposent un autre focus sur la région de la Saoura (sud-ouest) avec plusieurs haltes dans les oasis de Kerzaz, Taghit, Béni Abbès, Igli, Figuig ou encore Fendi, où ils ont immortalisé des fêtes religieuses dans certains mausolées ainsi que l'architecture ksourienne de ces régions.

En plus de cette exposition, le CCDS propose des photographies datées de la même période de la Kabylie, avec des portraits, des paysages et des photos d'enfants à l'école ou au centre d'apprentissage des métiers, de la ville et du port d'Alger et de sa Casbah ainsi qu'un balayage de la ville de Djelfa. Une série de clichés est également consacrée à la ville de Laghouat et à Aïn Madhi, son Palais de Kourdane et son mausolée de Ahmed Tidjani.

Les responsables du CCDS ont indiqué que ces photographies d'archives ont été récemment retrouvées à Rome et une partie a été exposée dans les villes de Ghardaïa, Djelfa, Laghouat et Ouargla.

Lu 63 fois Dernière modification le lundi, 13 novembre 2017 14:18

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Concert de musique andalouse à Alger

A la mémoire de Cheikh Abdelkrim Dali

Concert de musique andalouse à Alger

Le hacker arrêté à Batna et assurance d’Algérie Télécom

Soupçonné d’avoir piraté le système d'information d'Algérie Télécom

Le hacker arrêté à Batna et assurance d’Algérie Télécom

Même croissante, rien n’est encore acquis

Coopération algéro-française

Même croissante, rien n’est encore acquis

L'Algérie a franchi de «grands pas»

Développement et protection sociale

L'Algérie a franchi de «grands pas»

936 projets touristiques pas encore lancés

Sur 1 800 retenus au niveau national

936 projets touristiques pas encore lancés

Une contribution essentielle mais à quel prix ?

L’apport du privé peut s’avérer dans l’essor national

Une contribution essentielle mais à quel prix ?

Une victoire sans la manière

Algérie-Centrafrique

Une victoire sans la manière

Les lobbies de l’importation pointés du doigt

Retard dans l’application du Pacte national économique 

Les lobbies de l’importation pointés du doigt

Une ville riche en potentialités, pauvre en initiative et volonté

Le climat des affaires à Bou-Saâda

Une ville riche en potentialités, pauvre en initiative et volonté

Une lumière qui s'éteint

Bou-Saâda avant et après

Une lumière qui s'éteint