LCA - L’abattoir d’El Harrach fermé, à la veille de l’Aïd

ph: archive

Suite à une décision de la commission d’hygiène et de sécurité de la wilaya

L’abattoir d’El Harrach fermé, à la veille de l’Aïd

Par:  Reda Hadi

C’est l’effervescence au niveau de l’abattoir d’El Harrach. Fermé depuis près d’un mois, cet établissement l’a été sous l’injonction d’une commission de wilaya qui comprenait tous les membres requis par la loi, entre autres, des vétérinaires, des membres de la police et de la gendarmerie.


Le directeur ne comprend pas la décision de la fermeture de son établissement, et ce, à la veille de l’Aïd. Qu’il s’agisse du personnel ou du premier responsable gérant de cet établissement, c’est la stupéfaction qui domine, tant, selon eux, les observations établies ont été accomplies, même si les problèmes demeurent entiers pour eux. Le président de l’APC d’El Harrach, M. Allik, que nous avons eu au téléphone légitimise cette décision avançant le fait que la santé publique prime sur toute chose.

Selon ce responsable, qui déplore que cette fermeture intervienne quelques jours avant la fête de l’Aïd El Adha, il assujettit la réouverture de l’établissement à l’exécution des recommandations faites par la commission de wilaya. Un fait que récuse le directeur de l’établissement qui affirme avoir procédé à l’exécution des principales recommandations. Celles-ci se résument en deux points essentiels. A savoir lisser le sol avec du béton industriel pour éviter toute accumulation de sang pouvant entraîner des maladies ainsi que compléter les dossiers administratifs des employés en incluant un dossier médical. Selon M. Allik, si ces deux points sont satisfaits, rien ne peut s’opposer à la réouverture de l’abattoir avant l’Aïd. Et ce sont justement ces deux points qui sont la pomme de discorde entre le directeur de cet établissement et la commission de wilaya. En effet, le premier responsable de l’abattoir affirme que plusieurs commissions se sont succédé et toutes ont donné des recommandations différentes. Quant à la réfection du sol, il affirme que rendre lisse le sol peut provoquer des accidents dangereux, et certains employés se plaignent déjà de cette situation.

Le maire quant à lui rétorque que chaque employé est astreint à une tenue de sécurité et que des bottes et des gants ne sont pas des accessoires, mais bien des éléments de la tenue de travail.

Dans cet imbroglio sanitaire, c’est le consommateur qui devra encore payer les frais de cette situation. De nombreux citoyens habitant des tours dans les cités n’ont d’autres recours que les abattoirs pour procéder au rituel de l’Aïd. Avec la fermeture de cet établissement qui reste problématique en soi, le citoyen devra égorger son mouton au bas de l’immeuble, allant à contre-courant des recommandations du ministère de la Santé qui conseille les abattoirs pour éviter toute maladie.

En conclusion, le président de l’APC d’El Harrach maintient que si les deux points énoncés sont exécutés, rien ne s’opposera à la réouverture de l’abattoir.

Lu 424 fois Dernière modification le dimanche, 27 août 2017 12:39

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

ville touristique ou dépotoir ?

Aïn Tagouraït (Tipasa)

ville touristique ou dépotoir ?

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

Journée mondiale contre le gaspillage alimentaire

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Insécurité dans les hôpitaux

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

Necib au sujet du rejet des eaux usées à Alger

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

270 000 logements à réaliser en 2018

Ils concerneront les formules AADL, LPA et ruraux

270 000 logements à réaliser en 2018

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

Avec 12 milliards de DA remboursés rien que pour les arrêts de maladie

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

En bonne voie, selon Xavier Driencourt

Projet d’usine de Peugeot en Algérie

En bonne voie, selon Xavier Driencourt

«L’APN assumera sa responsabilité»

Financement non conventionnel, inflation, gaz de schiste

«L’APN assumera sa responsabilité»

10 185 médecins algériens exercent en France

Ils représentent 38% des étrangers installés à Paris

10 185 médecins algériens exercent en France

L’Algérie résiste avec un taux de croissance de 1,5%

Malgré la récession et la crise

L’Algérie résiste avec un taux de croissance de 1,5%

500 milliards de DA de subvention en 2018

L’Etat à la rescousse de la CNR

500 milliards de DA de subvention en 2018