LCA - La France joue l’Europe à pile ou face

La France joue l’Europe à pile ou face

Présidentielle 2017

La France joue l’Europe à pile ou face

La survie de l’Union européenne se joue lors de l’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai. Les Français semblent pourtant prêts à la décider à pile ou face, à l’issue d’une campagne où le sujet a été abordé rapidement et sans gravité.

A quelques jours du premier tour, avec deux contempteurs de l’Europe pouvant accéder au second, les responsables français au coeur des relations avec les capitales et les institutions européennes soulignent ou s’alarment de ce risque existentiel.

Pierre Vimont, ancien ambassadeur auprès de l’UE et à Washington, numéro deux du Service européen pour l’action extérieure jusqu’en 2015, est sorti de son silence après 40 années passées à servir tous les gouvernements français. «Cette élection sera iné- dite, avec un impact sans précédent sur l’avenir des relations entre la France et l’UE et, probablement, sur l’avenir de l’Europe», écrit-il dans un texte publié mercredi par le cercle de réflexion Carnegie Europe.

«Selon le choix que feront les Français lors du second tour le 7 mai, le résultat pourrait bien être l’effondrement progressif de l’UE suivant une décision du nouveau gouvernement français de quitter l’Union - ou, inversement, une relance significative de l’intégration européenne sous l’influence d’un leadership européen revigoré», ajoute-t-il.

Parmi les quatre favoris, la présidente du Front national, Marine Le Pen, et «dans une moindre mesure» le candidat de La France insoumise, JeanLuc Mélenchon, sont selon lui dans la première catégorie. Le candidat d’En Marche !, Emmanuel Macron, qui souhaite plus d’intégration et fait applaudir l’Europe dans ses meetings, et celui de la droite et du centre, François Fillon, qui veut donner plus de pouvoirs aux Etats membres au dé- triment des institutions de l’UE, sont selon lui dans le deuxième camp.

Lu 260 fois Dernière modification le vendredi, 21 avril 2017 19:18
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Menace sur le gaz algérien en Europe ?

Un tanker américain de GNL est attendu en Lituanie

Menace sur le gaz algérien en Europe ?

L’économie nationale a réalisé, en 2016, un taux de croissance appréciable

Malgré la conjoncture difficile

L’économie nationale a réalisé, en 2016, un taux de croissance appréciable

Le gouvernement peine toujours à réduire la facture des importations

Un recul de 42% pour le déficit commercial

Le gouvernement peine toujours à réduire la facture des importations

Le casse-tête qui ne tardera pas à s’inviter dans les débats

14,82 milliards de dollars de transferts sociaux pour 2017

Le casse-tête qui ne tardera pas à s’inviter dans les débats

Les handicaps du handicapé

Accessibilité, paupérisation, manque de perspective

Les handicaps du handicapé

Youcef Yousfi recadre la problématique

Construction automobile

Youcef Yousfi recadre la problématique

Des spécialistes préconisent un «système fiscal incitatif»

Investissement étranger en Algérie

Des spécialistes préconisent un «système fiscal incitatif»

On en jugera sur les faits

Actuel gouvernement : changement de cap ou pas

On en jugera sur les faits

Mais est-ce suffisant ?

Une production céréalière en augmentation

Mais est-ce suffisant ?

«L’impératif d’aller vers plus d’ouverture économique»

Des spécialistes déplorent la logique de «pression» de l’ancien gouvernement

«L’impératif d’aller vers plus d’ouverture économique»

«L’improvisation n’est plus de mise dans le domaine de la gestion des déchets…»

Karim Ouamane, DG de l’Agence nationale des déchets (AND) 

«L’improvisation n’est plus de mise dans le domaine de la gestion des déchets…»

Une priorité à inscrire en haut de l’agenda de Fatma Zohra Zerouati

Traitement des effluents dans l'industrie

Une priorité à inscrire en haut de l’agenda de Fatma Zohra Zerouati