LCA - La Caci veut capitaliser la «dynamique» bilatérale

ph: archive

Algérie-France

La Caci veut capitaliser la «dynamique» bilatérale

Par:  Hakim Outoudert

Profitant de la dernière visite du président de la République française Emmanuel Macron en Algérie, la Chambre algérienne de commerce et d’industrie en France (Caci France), organisme campant le rôle d’intermédiaire entre les institutions et les entreprises privées d’Algérie et de France, compte capitaliser ce nouvel élan dans les relations bilatérales.


La Caci, en effet, réaffirmant, vendredi à Paris, sa «volonté à contribuer à la nouvelle dynamique de partenariat algéro-français», a noté avec «satisfaction» les dernières mesures en faveur des membres de la communauté, prises par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et annoncées, le 7 décembre à Paris, par le Premier ministre Ahmed Ouyahia. Des disponibilités de cet organisme exprimées, lors de sa deuxième assemblée générale ordinaire (AGO), qui s'est déroulée au siège de l'ambassade d'Algérie en France, afin de faire le point sur son parcours depuis sa création en 2015, la Caci France.

Une opportunité, que s’apprête d’autant plus à saisir la Chambre de commerce que la dernière visite du chef de l’Etat français tel que l’a rappelé l’ambassadeur  d'Algérie en France, Abdelkader Mesdoua, hôte de la Caci, a «couronné une coopération bilatérale entre l'Algérie et la France, pour l'année de 2017, par la signature de 24 accords.

Abdelkader Mesdoua, sentant également l’opportunité de capitaliser l’élan pris entre les deux pays, a jugé le contexte de l'organisation de cette AGO de «positif» et «prometteur» parce que cette dernière intervient après «deux grandes séquences» dans les relations algéro-françaises, citant à cet effet, la visite du président français Emmanuel Macron en Algérie et la tenue à Paris de la 4e session du Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN), a-t-il rappelé.

Parmi les résultats concrets de la dernière «séquence» de la coopération bilatérale algéro-française, l'ambassadeur a cité les mesures en faveur de la communauté nationale vivant à l'étranger les qualifiant de décisions «fortes» qui doivent «encourager les investissements des membres de la communauté dans leur pays», appelant la CACI France à jouer le rôle de «catalyseur» des investissements.

Le président de la Caci, Laïd Amor Ben Amor, a, quant à lui, tenu à rappeler les missions de son institution à l’égard du «couple» algéro-français à savoir l’accompagnement des opérateurs économiques des deux rives, «que ce soit pour les Algériens vivant en France qui souhaitent investir dans leur pays ou pour les opérateurs français souhaitant investir en Algérie», a-t-il précisé, fournir aux opérateurs résidant en France, les explications concernant ces nouvelles mesures, les mettre en contact avec les opérateurs locaux, même au niveau des régions d'Algérie, et les assister dans leurs différentes démarches, accueillant avec satisfaction la prochaine ouverture d'une filiale de la Banque extérieure algérienne (BEA) qui, a-t-il dit, va être «très utile» pour la communauté algérienne en matière de crédits et d'accompagnements.

Ce sens de l’opportunité de la Caci se veut d’autant plus de rigueur qu’une visite d’Etat d’Emmanuel Macron est attendue pour les toutes prochaines semaines début février selon certaines sources.

Ce sens de l’opportunité de la Caci se veut d’autant plus de rigueur qu’une visite d’État d’Emmanuel Macron est attendue pour les toutes prochaines semaines, début février, selon certaines sources.

Une visite cette fois de trois jours au moins avec pour objet un plan de la coopération économique, l’éventualité de nouveaux contrats de partenariats, ou à tout le moins, des projets concrets d’investissements.

Lu 483 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Gaïd Salah aujourd’hui à Bordj El-Bahri

Réunion d'orientation des responsables des structures de formation de l’ANP

Gaïd Salah aujourd’hui à Bordj El-Bahri

300 000 opérations de retraits en trois jours

Algérie Poste/ Carte Edahabia

300 000 opérations de retraits en trois jours

581 enseignants grévistes radiés et 19 000 mis en demeure

Le ministère de l’Education sévit

581 enseignants grévistes radiés et 19 000 mis en demeure

«Certains intellectuels s’opposent à l’enseignement de l’arabe en France»

Jack Lang, ancien ministre français de la Culture

«Certains intellectuels s’opposent à l’enseignement de l’arabe en France»

90 safranières ont déjà été créées

L’or rouge en Algérie

90 safranières ont déjà été créées

Un produit que la lourdeur administrative peut faire disparaître

Le couteau «Bou Saâdi»

Un produit que la lourdeur administrative peut faire disparaître

Le parent pauvre de l’économie nationale

Les métiers artisanaux en Algérie

Le parent pauvre de l’économie nationale

Michel Cornaton dénonce le «mensonge d'Etat»

Dans une «guerre sans nom»

Michel Cornaton dénonce le «mensonge d'Etat»

1,1 million de personnes assistées par l’Etat

Agence de développement social (ADS)

1,1 million de personnes assistées par l’Etat

Une percée et du potentiel

Industrie du textile et des cuirs

Une percée et du potentiel