LCA - L'Algérie réitère sa condamnation

Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah ph: archive

Transfert de l'ambassade américaine à El-Qods

L'Algérie réitère sa condamnation

Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah a réitéré, jeudi à Rabat (Maroc) la condamnation de l’Algérie, gouvernement et peuple, de la décision de transfert de l'ambassade des Etats-Unis à El-Qods occupée, rappelant son soutien indéfectible au droit légitime du peuple palestinien à l'établissement d'un Etat indépendant avec El-Qods pour capitale.


Intervenant lors du sommet des présidents des assemblées parlementaires arabes et la session extraordinaire de l'Union interparlementaire arabe (UIPA), M. Bensalah a réitéré la condamnation "ferme" de l'Algérie, gouvernement et peuple, de la décision des Etats-Unis de transférer son ambassade à El-Qods occupée, "qui constitue une atteinte et une violation du consensus sur le statut politique, légal et historique de la ville Sainte et compromis les chances de relance du processus de paix, à l'arrêt depuis une longue période".

"Pour nous une telle démarche insensée est un affront aux références du processus de paix au Moyen-Orient y compris  l'initiative arabe de paix et les décisions du Conseil de sécurité y afférentes, dont la résolution 478 (1980), qui  demande aux Etats membres de l'ONU de ne pas établir leurs missions diplomatiques dans la ville occupée d'El-Qods et la résolution 2334 (2016) sur illégalité des opérations d'implantation de colonies israéliennes dans les territoires palestiniens et le rejet de toute modification du tracé des frontières du 4 juin 1967 y compris pour la ville d'El-Qods.

Le président du Conseil de la nation a exprimé l'appui de l'Algérie aux décisions du sommet d'Istanbul, en particulier celles appelant à la reconnaissance d'El-Qods comme capitale de la Palestine.

Il a rappelé que la réunion de Rabat intervient au lendemain de la décision américaine "grave et déplorable (...) qui fait fi des règles du droit international et des décisions de la légalité internationale et onusiennes y efférentes et traduit un mépris pour les lieux sacrés et  l'histoire du peuple palestinien".

Il a mis en garde contre les répercussions "très graves" de cette décision "irresponsable" sur la paix et la sécurité dans la région et dans le monde, outre "sa contribution au prolongement des crises et guerres, à la justification du recours à la violence et à la création d'un climat propice à l'extrémisme et au terrorisme dont souffrent assez nos pays".

Le président du conseil de la Nation a souligné qu'il s'agit là d'un "développement dangereux" par lequel les Etats Unis, "parrain supposé du processus de paix", se sont rangés du côté de l'occupation israélienne et de sa politique de colonisation et d'agression à l'encontre du peuple palestinien, "faisait fi de ses retombées et conséquences désastreuses", a estimé le président du conseil de la Nation.

Lu 503 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Gaïd Salah aujourd’hui à Bordj El-Bahri

Réunion d'orientation des responsables des structures de formation de l’ANP

Gaïd Salah aujourd’hui à Bordj El-Bahri

300 000 opérations de retraits en trois jours

Algérie Poste/ Carte Edahabia

300 000 opérations de retraits en trois jours

581 enseignants grévistes radiés et 19 000 mis en demeure

Le ministère de l’Education sévit

581 enseignants grévistes radiés et 19 000 mis en demeure

«Certains intellectuels s’opposent à l’enseignement de l’arabe en France»

Jack Lang, ancien ministre français de la Culture

«Certains intellectuels s’opposent à l’enseignement de l’arabe en France»

90 safranières ont déjà été créées

L’or rouge en Algérie

90 safranières ont déjà été créées

Un produit que la lourdeur administrative peut faire disparaître

Le couteau «Bou Saâdi»

Un produit que la lourdeur administrative peut faire disparaître

Le parent pauvre de l’économie nationale

Les métiers artisanaux en Algérie

Le parent pauvre de l’économie nationale

Michel Cornaton dénonce le «mensonge d'Etat»

Dans une «guerre sans nom»

Michel Cornaton dénonce le «mensonge d'Etat»

1,1 million de personnes assistées par l’Etat

Agence de développement social (ADS)

1,1 million de personnes assistées par l’Etat

Une percée et du potentiel

Industrie du textile et des cuirs

Une percée et du potentiel