LCA - Quel sort pour les subsahariens?

PH: archive

Emigration clandestine

Quel sort pour les subsahariens?

Selon des estimations non confirmées, ils seraient plus de 100 000 migrants subsahariens qui vivraient en Algérie. Entre petits boulots débrouillardises au quotidien, ils tentent, dans la clandestinité, de se reconstruire une vie, renonçant parfois à leurs rêves de l’Eldorado européen.

Ancienne région de transit pour les clandestins subsahariens, l'Algérie s'est muée, peu à peu, en terre d'immigration. Attirés par les grandes villes du nord, les migrants se heurtent à l’incompréhension d'une partie de la population, qui, parfois, a généré des rixes, calmées par les autorités.  

Partis du Cameroun, du Nigeria, du Mali ou de Côte d’Ivoire, avec l’objectif de se rendre en Europe, ils ont posé leurs valises en Algérie. Ils y resteront quelques mois ou quelques années, le temps de reconstituer un petit pécule pour poursuivre leur voyage. Parfois ils renoncent, découragés par les difficultés qu’ils rencontrent.

Mais le poids de la prise en charge de ces migrants a fini avec la crise, par peser sur l’économie algérienne, au point où officiellement, l’Algérie a annoncé que ce fardeau ne devrait pas être supporté que par elle, et devrait être le fruit d’un effort collectif.

Le coût de cette émigration s’il n’est pas connu, n’en reste pas moins élevé, car l’Algérie a, de tout temp,s pris en charge ce type d’émigration même si c’est à moindre échelle.

Des associations algériennes, au demeurant peu nombreuses, essayent de soulager des familles subsahariennes en leur octroyant quelques vivres et vêtements, mais ce sont les pouvoirs publics qui font les grosses œuvres, en ouvrant des centres de transit, avant leur reconduite à la frontière.

Cependant le problème majeur qui se pose pour les  autorités algériennes, ce sont ces hordes d’enfants sans niveau d’instruction, qui, poussés par leur parents, ne font que quêter l’aumône toute la journée, délaissant par-là, les classes qui ont été mises à leur disposition pour leur instruction durant cette période de passage sur notre sol.

Pour certains observateurs, le problème de cette migration clandestine ne se pose pas qu’au niveau financier, mais aussi au niveau de leur régularisation.

Lu 257 fois Dernière modification le mardi, 18 juillet 2017 20:35

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

ville touristique ou dépotoir ?

Aïn Tagouraït (Tipasa)

ville touristique ou dépotoir ?

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

Journée mondiale contre le gaspillage alimentaire

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Insécurité dans les hôpitaux

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

Necib au sujet du rejet des eaux usées à Alger

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

270 000 logements à réaliser en 2018

Ils concerneront les formules AADL, LPA et ruraux

270 000 logements à réaliser en 2018

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

Avec 12 milliards de DA remboursés rien que pour les arrêts de maladie

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

En bonne voie, selon Xavier Driencourt

Projet d’usine de Peugeot en Algérie

En bonne voie, selon Xavier Driencourt

«L’APN assumera sa responsabilité»

Financement non conventionnel, inflation, gaz de schiste

«L’APN assumera sa responsabilité»

10 185 médecins algériens exercent en France

Ils représentent 38% des étrangers installés à Paris

10 185 médecins algériens exercent en France

L’Algérie résiste avec un taux de croissance de 1,5%

Malgré la récession et la crise

L’Algérie résiste avec un taux de croissance de 1,5%

500 milliards de DA de subvention en 2018

L’Etat à la rescousse de la CNR

500 milliards de DA de subvention en 2018