LCA - Le secteur confirme ses ambitions

Automobile au Maroc

Automobile au Maroc

Le secteur confirme ses ambitions

Par: 

Les opérateurs du secteur automobile devront refaire leurs calculs. Les estimations et projections présentées il y a quelques années sur l’évolution de la production et du chiffre d’affaires ont péché par trop de modestie.

De 2014, année de lancement du Plan d’accélération industrielle (PAI pour les intimes), à 2016, le chiffre d’affaires à l’export du secteur a réalisé, ainsi, une évolution de 50%, passant de 40 milliards de DH à 60 milliards de DH, pour 2020, le contrat-programme signé avec les opérateurs prévoyait d’atteindre les 100 milliards de DH. «Ce montant devra être revu et atteindre les 10 milliards d’euros en 2020 » selon Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie et du commerce en marge de l’inauguration de la 4e édition du salon de la sous-traitance organisé par l’Amica à Tanger, soit l’équivalent de près de 110 milliards de DH.

«Nous sommes fiers de cette réussite, mais nous ne nous arrêterons pas là», a précisé le ministre qui entame son deuxième mandat à la tête du même département avec le gouvernement El Othmani. «Nous atteindrons d’ici 2020, coûte que coûte, le million d’unités produites», avec un taux d’intégration locale des véhicules sortant du Maroc de 80% avec à la clé la création de 160.000 emplois. Avec la restructuration du secteur en écosystèmes métiers, la mise en place de dispositifs d’appui et de financement adaptés ainsi que le lancement de l’écosystème Renault et du projet PSA, «nous nous acheminons à grands pas vers la réalisation de nos objectifs pour le secteur», a ajouté le responsable du département de l’Industrie. La vitesse avec laquelle évolue le secteur laisse présager que même le million de véhicules annoncé pour l’horizon 2020 pourrait lui aussi être enregistré plus tôt que prévu.

Déjà les chiffres de production de Renault, l’unique producteur pour l’instant, laissent présager une rapide montée en charge. En 2016, le nombre de véhicules produits a atteint les 345.000, en hausse significative par rapport à l’exercice précédent. Les deux unités industrielles du groupe, l’usine de Tanger et la Somaca ont lors de l’année dernière explosée leurs compteurs et le groupe entend aussi refaire le coup en 2017. Ses estimations tablent sur une production totale lors de cette année de 380.000 véhicules selon Marc Nassif le patron au Maroc de la marque au losange. Ceci est dû à la forte demande dans le marché local qui a augmenté de 20%, selon Nassif mais aussi à l’évolution très positive des exportations sur les marchés européens.

Lu 535 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Raouia pointe du doigt les commerçants

Démentant la responsabilité de la planche à billets dans la hausse prix

Raouia pointe du doigt les commerçants

Une bonne année pour les banques

8 400 milliards de DA de crédits accordés en 2017

Une bonne année pour les banques

Benmeradi relance les licences d’importation

Après avoir été bloquées

Benmeradi relance les licences d’importation

Le vaccin made in Algeria dans 3 ans

Création d’une société mixte algéro-française

Le vaccin made in Algeria dans 3 ans

Le Président Bouteflika est «parfaitement en forme»

Jean-Yves Le Drian, MAE français

Le Président Bouteflika est «parfaitement en forme»

Ouyahia courtise les Algériens de l’étranger

Des mesures incitatives annoncées à leur faveur

Ouyahia courtise les Algériens de l’étranger

Le général à la retraite Mohamed Attailia est mort

à l’âge de 86 ans 

Le général à la retraite Mohamed Attailia est mort

Signature prochaine d’une charte entre le FCE et Ouyahia

Mise en œuvre du partenariat public-privé

Signature prochaine d’une charte entre le FCE et Ouyahia

A quoi veut jouer Trump ?

Statut de Jérusalem

A quoi veut jouer Trump ?

La coopération économique et sécuritaire au menu

Ahmed Ouyahia aujourd’hui à Paris

La coopération économique et sécuritaire au menu