LCA - Qui s’y frotte s’y pique ?

le nouveau Honda CR-V

Banc d’essai Honda CR-V 2017

Qui s’y frotte s’y pique ?

Par: 

Sur le nouveau Honda CR-V, tout est plus accentué, plus pointu. Enfin, presque. Haut perchés, les feux arrière sont en forme de pique, la chute du hayon a été galbée et le museau s’est encore aiguisé.

Cette cinquième génération apparaît moins balourde, plus élancée que les modèles auxquels elle succède pour s’adapter à la concurrence de plus en plus menaçante. D’ici les cinq prochaines années, il ne faudrait pas s’étonner d’apprendre que le CR-V soit le modèle le plus emblématique --et le plus vendu-de Honda sur nos terres. Longtemps en tête de la catégorie, le CR-V avait néanmoins besoin d’une solide remise au goût du jour pour tenir son rang. C’est maintenant chose faite, mais l’audace affichée par le CR-V est plus tranquille qu’il n’y paraît.

Raisonnable et bien sous tous les rapports, le Honda CR-V est un utilitaire compact qui n’en rajoute pas. Ses proportions restent acceptables, malgré ses dimensions revues à la hausse. Et ses lignes sont soignées, avec ce qu’il faut de chrome pour faire chic. Les quelques coups de biseau martelés par les stylistes ont permis de donner du punch à une carrosserie qui n’en avait point.

Révolution sous le capot

Sans tambour ni trompette, le CR-V introduit une petite révolution sous son capot. Celle-ci se manifeste sur toutes les déclinaisons, à l’exception du modèle d’entrée de gamme. Elle consiste en l’adoption d’une motorisation suralimentée par turbocompresseur. D’une cylindrée de 1,5 litre, cette mécanique est, à quelques détails près, identique à celle que l’on retrouve depuis peu à bord de certaines Civic. Ce choix engendre un gain évident en matière de consommation et, ce faisant, permet aussi de réduire les émissions polluantes.

Uniquement arrimé à une boîte automatique à variation continue --sans doute l’une des plus agréables de son espèce--, ce moteur de 1,5 litre n’affiche pas un rendement aussi dynamique (accélération et reprises) qu’attendu par rapport au 2,4-litres atmosphérique toujours offert. En dépit de sa souplesse, de son côté « volontaire» et du nombre de ses chevaux, ce moteur turbo manque d’allant pour extirper de manière réellement convaincante le CR-V de sa position statique.

Il s’agit d’une impression sans doute accentuée par le silence plus ouaté de la cabine, puisque le chronomètre rend un autre verdict. Le CR-V doté du 1,5-litre est un poil plus rapide que le modèle antérieur animé du 2,4-litres, et ses performances sont similaires à celles du Hyundai Tuscon équipé du moteur turbo de 1,6 litre et d’une boîte à double embrayage que nous avions testé l’an dernier.

Lu 879 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Gaïd Salah aujourd’hui à Bordj El-Bahri

Réunion d'orientation des responsables des structures de formation de l’ANP

Gaïd Salah aujourd’hui à Bordj El-Bahri

300 000 opérations de retraits en trois jours

Algérie Poste/ Carte Edahabia

300 000 opérations de retraits en trois jours

581 enseignants grévistes radiés et 19 000 mis en demeure

Le ministère de l’Education sévit

581 enseignants grévistes radiés et 19 000 mis en demeure

«Certains intellectuels s’opposent à l’enseignement de l’arabe en France»

Jack Lang, ancien ministre français de la Culture

«Certains intellectuels s’opposent à l’enseignement de l’arabe en France»

90 safranières ont déjà été créées

L’or rouge en Algérie

90 safranières ont déjà été créées

Un produit que la lourdeur administrative peut faire disparaître

Le couteau «Bou Saâdi»

Un produit que la lourdeur administrative peut faire disparaître

Le parent pauvre de l’économie nationale

Les métiers artisanaux en Algérie

Le parent pauvre de l’économie nationale

Michel Cornaton dénonce le «mensonge d'Etat»

Dans une «guerre sans nom»

Michel Cornaton dénonce le «mensonge d'Etat»

1,1 million de personnes assistées par l’Etat

Agence de développement social (ADS)

1,1 million de personnes assistées par l’Etat

Une percée et du potentiel

Industrie du textile et des cuirs

Une percée et du potentiel