LCA - Un réseau d’exploitation criminel à éradiquer

Noureddine Bedoui- Le ministre de l’intérieur et des collectivités locales ph: archive

Le ministre de l’intérieur à propos des flux de migrants subsahariens

Un réseau d’exploitation criminel à éradiquer

Le ministre de l’intérieur et des collectivités locales, Noureddine Bedoui, a abordé lors d’une réunion avec les présidents d’APC tenue à Ain Salah, la problématique des migrants subsahariens dont la question préoccupe les responsables locaux.
Le ministre affirme l’existence de réseaux criminels, responsables de l’important afflux de migrants subsahariens, estimé à des centaines de milliers, que les citoyens algériens notent avec perplexité. Ces réseaux se sont spécialisés dans une sorte de trafic d’humains, exploitant ces ressortissants clandestins dans la mendicité et probablement dans la prostitution.
Pour la première fois, un haut responsable reconnait l’implication d’Algériens, et leur complicité en haut de la hiérarchie de ce genre de structure criminelle, outre les « filiales » d’origine malienne et nigérienne.

« Nous sommes prêts à prendre des mesures  strictes en fonction des procédures légales, respectueuses des chartes internationales, dans le cadre de la protection de la stabilité et de l’intégrité territoriale » a affirmé le ministre. Et d’ajouter qu’une commission nationale s’est à plusieurs reprises réunie pour mettre en place ces procédures visant à l’éradication de ces réseaux criminels qui exploitent des femmes et des enfants sur le territoire algérien, à des fins cupides. Ces mesures s’inscrivent dans une collaboration du Ministère des Affaires étrangères avec les autorités du Mali et du Niger et d’autres pays d’Afrique a été mise en place. Des responsables deces réseaux ont déjà été arrêtés l’an dernier, précise Mr Bedoui, et des mesures concrètes et strictes ont été décidées par la commission nationale. Le ministre affirme que ces réseaux sont organisés depuis le Mali, le Niger mais aussi avec la complicité d’Algériens.
Ce que de nombreux citoyens Algériens ont pu remarquer avec pertinence est la parfaite connaissance de ces groupes des points névralgiques à investir pour obtenir l’aumône : mosquées, rues affluentes dans la capitale et les grands centres urbains. Et la vigilance de nombres de citoyens, ou encore de journalistes consciencieux de relever l’apparence de ces individus qui ne trahit pas une condition véritablement misérable. De plus, il y a lieu de noter l’utilisation de signes ostentatoires religieux : simulation de lecture du Coran, port du voile islamique par les femmes et petites filles, utilisation du « chapelet » (seb’ha ) et port du qamis par les hommes, tandis qu’on ne les voit jamais faire la prière ni à l’intérieur ni à l’extérieur des mosquées. Tous ces éléments peuvent faire penser à un véritable encadrement de ces « foules ». La question de la façon dont ils ont obtenu des cartes SIM se pose également lorsqu’on sait que la présentation d’une carte d’identité nationale est nécessaire pour l’obtention de ces cartes.
Les aveux du ministre viennent corroborer les thèses de complot visant la déstabilisation de l’Algérie,  développées par le colonel à la retraite Ramdane Hamlat exposées dans le média russe RT Arabic le mois dernier, qui prévoit l’utilisation de ces groupes de clandestins pour justifier de l’ingérence d’ONG dans le pays en vue de la prise en charge des questions relatives aux minorités.

Lu 155 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

2017.. une année blanche

Les importations d’automobiles suspendues

2017.. une année blanche

Madjer :

remplacé mercredi l'Espagnol Lucas Alcaraz

Madjer : "J'ai les compétences qu'il faut pour diriger les Verts"

4 000 retraits de permis en un mois

Sécurité routière à Alger

4 000 retraits de permis en un mois

Le e-commerce bientôt encadré

Un projet de loi au niveau de l’APN

Le e-commerce bientôt encadré

ville touristique ou dépotoir ?

Aïn Tagouraït (Tipasa)

ville touristique ou dépotoir ?

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

Journée mondiale contre le gaspillage alimentaire

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Insécurité dans les hôpitaux

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

Necib au sujet du rejet des eaux usées à Alger

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

270 000 logements à réaliser en 2018

Ils concerneront les formules AADL, LPA et ruraux

270 000 logements à réaliser en 2018

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

Avec 12 milliards de DA remboursés rien que pour les arrêts de maladie

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !