LCA - Que proposent les partis politiques ?

ph: archive

Développement local

Que proposent les partis politiques ?

Par:  Zahir. R

La campagne électorale pour l’élection des membres des Assemblées populaires communales (APC) et de wilayas (APW) du 23 novembre prochain vient de boucler sa première semaine. Les candidats pour cette échéance électorale ont investi le terrain dès le coup d’envoi de cette campagne, tout en multipliant les meetings et rencontres de proximité avec les citoyens afin de les convaincre d’aller voter.


 

En contrepartie, ces candidats s’engagent à prendre en charge leurs doléances et améliorer leurs conditions de vie. La concrétisation de ces engagements nécessite des budgets colossaux. A cet effet, que proposent les partis politiques notamment durant cette période de vache maigre où les ressources financières de l’Etat ont diminué de moitié ?

En effet, la plupart des partis en lice pour ces élections étaient unanimes pour la révision du code communal afin de donner plus de prérogatives à l’élu local. Autrement dit, le maire ne se limitera pas dans sa mission dans la délivrance d'actes d'état civil ou à la gestion des déchets ménagers.

Pour le FLN, première force politique au pays, il estime qu’il n’est pas nécessaire de présenter un programme du fait, qu’il applique celui du Président Bouteflika portant notamment sur la préservation des différents acquis socio-économiques, par contre, son rival le RND en a élaboré un.

Il a consacré, dans son programme, un axe portant sur la promotion du développement local. Pour ce parti que préside Ahmed Ouyahia, le recours au financement non conventionnel «permettra de dynamiser encore plus le développement, avec une priorité au développement local».

Le RND a affirmé que le gouvernement mettra en œuvre une approche décentralisée pour le développement économique de tous les secteurs. Cette nouvelle approche se concrétise déjà dans la promotion de l’investissement, dans le développement du foncier industriel, dans la mise en œuvre du soutien à l’agriculture, et dans la satisfaction de la demande de logement, notamment rural, ajoute le parti.

Pour sa part, le parti de l’opposition, le RCD propose dans son programme électoral, la rationalisation de la gestion financière par une «plus grande maîtrise» des dépenses et des ressources ainsi que l'augmentation des capacités financières des structures qui interviennent dans l’amélioration des services pour la population. Ce parti entend «solliciter des emprunts bancaires pour la réalisation des projets d’investissement pour augmenter, à terme, les capacités financières des collectivités locales».

Pour le Mouvement populaire algérien (MPA), il est important de restituer aux élus locaux la prérogative d’initier et de gérer tous les projets d’investissement et autres actions rentrant dans le cadre du développement local à l’exception des projets d’envergure nationale, sectoriels ou à caractère stratégique. En outre, il appelle à la décentralisation au profit des communes de la gestion du foncier destiné à la PME-PMI.

Quant au Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune a appelé à relever de 100% la valeur de la taxe sur l’activité professionnelle (TAP). «Cette taxe constitue la principale ressource pour les communes», a-t-elle dit dans un meeting populaire à Guelma.

Le Mouvement de la société de la paix (MSP) propose dans son programme d'organiser l'activité économique et le secteur des services, contrôler l'activité commerciale, organiser des espaces et encourager les foires commerciales locales, en particulier les expositions d'industries traditionnelles. Le parti dit soutenir les méthodes de recouvrement des impôts, notamment en ce qui concerne les ressources municipales directes, et mettre en œuvre un programme de sensibilisation pour améliorer la performance fiscale des personnes concernées par la fiscalité.

Par ailleurs, le SG du mouvement Ennahda, Mohamed Douibi, représentant l’Union pour Nahda-Adala-Bina, a considéré que «la complémentarité entre les Assemblées élues et les autres institutions de l’Etat est l’unique voie pour opérer une renaissance et relancer le développement local».

Lu 80 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Concert de musique andalouse à Alger

A la mémoire de Cheikh Abdelkrim Dali

Concert de musique andalouse à Alger

Le hacker arrêté à Batna et assurance d’Algérie Télécom

Soupçonné d’avoir piraté le système d'information d'Algérie Télécom

Le hacker arrêté à Batna et assurance d’Algérie Télécom

Même croissante, rien n’est encore acquis

Coopération algéro-française

Même croissante, rien n’est encore acquis

L'Algérie a franchi de «grands pas»

Développement et protection sociale

L'Algérie a franchi de «grands pas»

936 projets touristiques pas encore lancés

Sur 1 800 retenus au niveau national

936 projets touristiques pas encore lancés

Une contribution essentielle mais à quel prix ?

L’apport du privé peut s’avérer dans l’essor national

Une contribution essentielle mais à quel prix ?

Une victoire sans la manière

Algérie-Centrafrique

Une victoire sans la manière

Les lobbies de l’importation pointés du doigt

Retard dans l’application du Pacte national économique 

Les lobbies de l’importation pointés du doigt

Une ville riche en potentialités, pauvre en initiative et volonté

Le climat des affaires à Bou-Saâda

Une ville riche en potentialités, pauvre en initiative et volonté

Une lumière qui s'éteint

Bou-Saâda avant et après

Une lumière qui s'éteint