LCA - Lafarge-Algérie entamera ses exportations le premier trimestre 2018

PH: archive

Ciment:

Lafarge-Algérie entamera ses exportations le premier trimestre 2018

Par:  aps

Le groupe Lafarge-Holcim Algérie entamera ses premières opérations d'exportation du ciment gris et du clinker le premier trimestre 2018 vers des pays de l'Afrique de l'Ouest, a indiqué à l'APS, le directeur des relations publiques de l'entreprise, Serge Dubois.

«En Algérie, il va y avoir un excèdent de 10 millions de tonnes/an de ciment à l'horizon 2020. Il y a un consensus autour de ce chiffre et vu les capacités qui sont en train d'être installées, on se prépare déjà à exporter nos excédents», a précisé M. Dubois, expliquant que son groupe envisage, dans une première phase, d'exporter 50 000 tonnes de ciment dès le premier trimestre 2018 vers les pays de l'Afrique de l'Ouest.

S'agissant du choix de l'Afrique de l'Ouest, le responsable a expliqué que Lafarge-Holcim dispose d'une structure dédiée au commerce international, Lafarge-Holmium Trainding, qui détient 50% des échanges du ciment circulant autour de la Méditerranée et l'Afrique de l'Ouest, «ce qui va nous permettre de trouver des débouchés aux produits algériens».

A ce propos, le directeur des partenariats du groupe Lafarge-Holcim Algérie, Hedi Rafaï, a expliqué de son côté que le marché ouest-africain est déficitaire et constitue une «bonne opportunité» pour exporter les produits algériens.

«L'Afrique de l'Ouest importe actuellement quelque 21 millions de tonnes de ciment par an. C'est un marché à très forte croissance, si on prend en considération sa démographie, l'immigration de la population vers les centres urbains, le manque de calcaire, la matière première pour le ciment, et l'énergie chez les pays de la région.

L'Algérie peut donc prendre sa part dans ce marché», a-t-il déclaré.

Pour se préparer à ce genre d'opération, M. Rafaï a souligné que «des contacts ont été pris, il y a six mois, avec le ministère des Transports et les institutions portuaires pour préparer les quais, les aires de stockage et les moyens de manutention, afin de dégager des plateformes au niveau des ports».

L`Algérie consomme annuellement environ 22 millions de tonnes de ciment dont 18 millions de tonnes sont produits localement et près de 4 millions de tonnes issues de l`importation.

La production nationale de ciment est dominée par le secteur public, notamment par le Groupe industriel des ciments d`Algérie (Gica) qui produit plus de 11,5 millions de tonnes par an, représentant 65% de la production nationale globale, le reste (35%) étant assuré par le secteur privé.

Les pouvoirs publics ont entamé un vaste programme de réalisation de nouvelles cimenteries qui devraient permettre de combler le déficit dans un marché en pleine expansion.

L`Algérie sera auto-suffisante en ciment d`ici la fin de cette année grâce à la réception de plusieurs projets avec un apport supplémentaire de plus de 4 millions de tonnes.

Lu 62 fois Dernière modification le dimanche, 18 juin 2017 18:59

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

L'APN adopte à la majorité le plan d'action du gouvernement

présenté par le Premier ministre, Abdelmadjid  Tebboune

L'APN adopte à la majorité le plan d'action du gouvernement

Flissi et Benbaziz passent en demi-finales

Boxe/Championnat d’Afrique 2017

Flissi et Benbaziz passent en demi-finales

El Othmani mise sur les régions

Equité territoriale (Maroc)

El Othmani mise sur les régions

Cesser les dépenses publiques et en appeler aux ressources du marché

Ce que déduisent les experts du plan d’action:

Cesser les dépenses publiques et en appeler aux ressources du marché

«Le prochain code de travail ne sera pas tendre avec les travailleurs»

Un ancien syndicaliste affirme:

«Le prochain code de travail ne sera pas tendre avec les travailleurs»

Cesser les dépenses publiques et en appeler aux ressources du marché

Ce que déduisent les experts du plan d’action

Cesser les dépenses publiques et en appeler aux ressources du marché