LCA - Une opportunité pour la promotion de tamazight

Célébration de Yennayer

Une opportunité pour la promotion de tamazight

Par:  Par Hakim O.

Le week-end a été particulièrement à l’heure de l’exaltation de la dimension identitaire amazighe à l’occasion de la célébration du nouvel an berbère.

Ainsi, le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, à partir de Ghardaïa ce jeudi, a tenu à rappeler que cet acte «historique» (la consécration de Yennayer) décidé par le président de la République «contribue inéluctablement au renforcement de la cohésion du peuple algérien qui s’enrichit, après la constitutionnalisation de tamazight comme langue nationale officielle, d’un autre acquis identitaire».

Pour la première fois, la célébration de Yennayer n’est pas passée inaperçue et connaît cette année une large participation des acteurs associatifs et de l’ensemble des Algériens qui veulent ressusciter cette tradition ancestrale, a ajouté le ministre, signalant que cette fête est «un rendez-vous avec l’Histoire et une ponctualité que nous devons à la vision clairvoyante du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui a toujours œuvré pour la réconciliation».

Le ministre des Affaires religieuses et des Waqfs, Mohamed Aïssa, n’a pas été en reste, par rapport à cet événement qu’il  a exprimé jeudi à Bouira son engagement à œuvrer pour le développement et la promotion de la langue amazighe à travers des programmes qui seront lancés dans les différents instituts, mosquées et  écoles du secteur, et ce, à partir de cette année.

«Notre département veut contribuer, lui aussi, à la promotion des origines amazighes (de l'Algérie) à travers l’enseignement obligatoire de tamazight dans les instituts de formation des imams à Bouira, Tizi Ouzou (Institut Illoula) ainsi qu’à Batna (Institut Al Zana El Baidae)», a-t-il annoncé, relevant que «ce programme entrera en vigueur à partir de cette année (2018)».

«Nous sommes venus pour célébrer pour la première fois Yennayer de façon officielle à Bouira. Nous sommes très fiers de notre appartenance et de nos origines amazighes qui constituent l’une des constantes de l’identité nationale», a déclaré M. Aïssa, à l’ouverture d’un colloque national sur le thème «Les valeurs civilisationnelles dans le patrimoine culturel amazigh», organisé à la maison de la culture Ali-Zaâmoum de la ville de Bouira.

«Les imams seront tous appelés à apprendre tamazight dans le cadre des cours d’amélioration du niveau et réactualisation des connaissances», a-t-il dit, en visitant une exposition de produits artisanaux traditionnels berbères, organisée au hall de la maison de la culture.

Et d'insister : «Nous allons veiller à ce que les imams maîtrisant tamazight fassent obligatoirement «les prêches en langue amazighe».

Quant à la promotion et au développement de tamazight, Abderrezak Dourari, professeur des sciences du langage et de traductologie et directeur du Centre national pédagogique et linguistique de l'enseignement de tamazight (CNPLET), qui est intervenu, jeudi sur les ondes de la Chaîne III de la Radio algérienne, a recommandé que l'Académie algérienne de la langue amazighe aura pour tâche de «filtrer» tous les travaux réalisés autour de cette langue en les «réorientant».  Sur le caractère de l'enseignement de la langue amazighe, M. Dourari a soutenu à partir du postulat attestant une diversité culturelle et linguistique des différentes régions du pays, qu'on «ne peut pas forcer des gens à une graphie bien déterminée», estimant que l'Académie de la langue amazighe «est censée normaliser dans les trois graphies (latin, arabe, tifinagh)».

Lu 64 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

La transition énergétique en question

Conférence-exposition du FCE demain à Alger

La transition énergétique en question

Renault, maître du marché automobiles en Algérie

Avec 62% du marché algérien

Renault, maître du marché automobiles en Algérie

Les malades livrés à eux-mêmes

Grève des résidents et paramédicaux à Alger

Les malades livrés à eux-mêmes

Tiguentourine reprend des couleurs

5 ans après l’attentat terroriste

Tiguentourine reprend des couleurs

Le financement des collectivités au menu

Bédoui réunira les présidents d'APW et d'APC demain

Le financement des collectivités au menu

Investissement hydrocarbures à l’étranger

L’offensive de la Sonatrach  

Investissement hydrocarbures à l’étranger

Le Fonds national désormais opérationnel

Destiné à la formation continue des travailleurs

Le Fonds national désormais opérationnel

Le privé à la rescousse de la Cnan et Air Algérie

Ouverture du fret aérien et maritime

Le privé à la rescousse de la Cnan et Air Algérie