LCA - Plaidoyer pour des assises nationales de la presse

ph: archive

Selon Naâma Abbas, Ali Draâ et Achour Fenni

Plaidoyer pour des assises nationales de la presse

Par:  Reda Hadi

Lors du forum organisé par nos confères du Journal «El Wassat», Naâma Abbas, et Ali Draa, journalistes et Achour Fenni, professeur agrégé en information, ont plaidoyé pour des assises des gens de la presse. En effet, lors de cette rencontre, les trois invités ont mis en avant les difficultés auxquelles fait face la presse écrite dans notre pays.


Il est certes admis que la presse écrite en Algérie subit les contrecoups de la crise mondiale, ajoutée à la concurrence d’internet et des réseaux sociaux. Il faut considérer l’édition d‘un journal comme une entreprise économique à gérer selon des normes économiques. La presse écrite passe, actuellement, par une crise due à plusieurs paramètres, l’ère du numérique, l’instantanéité, l’argent…

Ces difficultés font baisser la vente de plusieurs quotidiens à travers le monde, certains ont même mis la clé sous le paillasson. L’Algérie est également rattrapée par cette crise, où le paysage de la presse écrite a connu une évolution importante ces 20 dernières années mais se voit menacée aujourd’hui. Les raisons de la menace sont multiples, la plus importante est commerciale, liée à la chute des revenus publicitaires. Or, si ce n’est pas la vente des journées qui les font vivre, c‘est la publicité qui reste au centre des débats. La publicité est le nerf de combat de toute entreprise de presse. En cela les pouvoirs publics doivent aider les éditeurs de journaux avec plus de souplesse et des avantages attractifs, comme la baisse de la TVA et autres facies fiscales.

A titre de rappel, le volume de la publicité publique a baissé de 65% en 2015 et 2016. Une baisse du volume qui a mis en péril beaucoup de titres, au point où en 2017, ce sont 05 titres qui se sont «tus». Dans cette chasse à la publicité, ce sont les journaux de la presse écrite qui s’en tiennent le mieux.

Pour ces trois orateurs, la presse écrite en Algérie est face à de grands défis. Naâma Abbas a relevé des anachronismes et suggère aussi de faire la part des choses pour amoindrir le choc en faisant payer les articles publiés sur internet entre autres.

Par ailleurs, si les trois invités ont plaidé pour des assises nationales de la presse, tous ont été unanimes à dire que les pouvoirs publics se doivent d’aider les journalistes par des aides indirectes, telles que des formations ou autres matériels didactiques. A ce sujet, M. Achour Fenni a suggéré la création d’un comité indépendant, qui se chargerait et surveillerait l’utilisation des fonds publics.

Par ailleurs, Ali Draâ a rappelé aussi que la liberté de la presse ne sera jamais donnée, mais qu’elle doit être arrachée. Pour cela, des assises nationales où toutes les couches de la corporation pourront s’exprimer seront plus que salutaires pour étudier les tenants et les aboutissants de cette crise. Le débat est la seule voie qui reste à la presse pour s’organiser et obtenir gain de cause.

Lu 100 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

ville touristique ou dépotoir ?

Aïn Tagouraït (Tipasa)

ville touristique ou dépotoir ?

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

Journée mondiale contre le gaspillage alimentaire

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Insécurité dans les hôpitaux

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

Necib au sujet du rejet des eaux usées à Alger

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

270 000 logements à réaliser en 2018

Ils concerneront les formules AADL, LPA et ruraux

270 000 logements à réaliser en 2018

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

Avec 12 milliards de DA remboursés rien que pour les arrêts de maladie

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

En bonne voie, selon Xavier Driencourt

Projet d’usine de Peugeot en Algérie

En bonne voie, selon Xavier Driencourt

«L’APN assumera sa responsabilité»

Financement non conventionnel, inflation, gaz de schiste

«L’APN assumera sa responsabilité»

10 185 médecins algériens exercent en France

Ils représentent 38% des étrangers installés à Paris

10 185 médecins algériens exercent en France

L’Algérie résiste avec un taux de croissance de 1,5%

Malgré la récession et la crise

L’Algérie résiste avec un taux de croissance de 1,5%

500 milliards de DA de subvention en 2018

L’Etat à la rescousse de la CNR

500 milliards de DA de subvention en 2018