LCA - Le président américain tourne le dos au reste du monde

Le président américain tourne le dos au reste du monde

Trump décide de sortir de l’Accord de Paris sur le climat

Le président américain tourne le dos au reste du monde

Par:  Abderrahmane Kadri

Quoique que la décision ne soit effective qu’après deux ou trois ans, selon les dispositions de l’Accord lui-même, la dernière sortie du président des Etats-Unis, le plus grand pollueur du monde, à travers sa décision de quitter l’Accord de Paris sur le climat, a suscité un grand tollé dans le monde y compris dans son propre pays.

Le très prestigieux quotidien new yorkais «The New York Times», et dans son éditorial du jeudi 1er juin, intitulé : «Notre scandaleuse sortie de l’Accord de Paris», n’a pas hésité de dresser un tableau extrêmement sombre : «Seules les générations futures seront capables de mesurer toutes les conséquences de l’approche incroyablement myope du changement climatique du président Trump, car ce sont eux qui subiront la montée du niveau des mers et les sécheresses paralysantes que les scientifiques estiment inévitables, à moins que le monde ne maîtrise les émissions des combustibles fossiles.

Mais tout cela est clair maintenant : les politiques de M. Trump, dont la dernière était sa décision de se retirer de l’Accord de Paris de 2015 sur le changement climatique, ont consterné les alliés des Etats-Unis, sont allés ouvertement contre les vœux d’une grande partie de la communauté d’affaires américaine qu’il prétend aider, ont menacé la compétitivité de l’Amérique ainsi que la croissance de l’emploi dans des industries cruciales et ont gaspillé ce qui restait de la revendication de l’Amérique en matière de leadership sur une question d’importance mondiale».

Quant au «Washington Post», l’autre titre de la presse américaine de renommée, dans son édito, «Trump tourne le dos au monde», a mis en exergue la coïncidence entre la décision du président américain et la publication, par la prestigieuse revue scientifique «Nature Climate Change», d’une étude sur le climat beaucoup plus pessimiste. Le «Washigton Post» écrit : «Le lundi, Nature Climate Change (un mensuel rattaché à la revue Britannique Nature) a publié une étude estimant que les effets du réchauffement climatique sur les principales villes du monde pourraient être beaucoup plus dévastateurs que ce qu’il a été déjà établi.

Certaines villes, pourraient étonnement être de 14,4 degrés plus chaudes en moyenne d’ici la fin du siècle, entraînant une baisse de 10,9% du produit intérieur brut, car les gens travaillent moins, la qualité de l’air et de l’eau diminue et davantage d’énergie sera nécessaire pour refroidir les bâtiments. Jeudi, le président Trump a franchi une étape importante pour faire de cette dystopie une réalité».

Lu 345 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

2017.. une année blanche

Les importations d’automobiles suspendues

2017.. une année blanche

Madjer :

remplacé mercredi l'Espagnol Lucas Alcaraz

Madjer : "J'ai les compétences qu'il faut pour diriger les Verts"

4 000 retraits de permis en un mois

Sécurité routière à Alger

4 000 retraits de permis en un mois

Le e-commerce bientôt encadré

Un projet de loi au niveau de l’APN

Le e-commerce bientôt encadré

ville touristique ou dépotoir ?

Aïn Tagouraït (Tipasa)

ville touristique ou dépotoir ?

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

Journée mondiale contre le gaspillage alimentaire

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Insécurité dans les hôpitaux

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

Necib au sujet du rejet des eaux usées à Alger

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

270 000 logements à réaliser en 2018

Ils concerneront les formules AADL, LPA et ruraux

270 000 logements à réaliser en 2018

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

Avec 12 milliards de DA remboursés rien que pour les arrêts de maladie

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !