LCA - Le pire est passé, mais tout reste à devenir

Abderrahmane Raouia ministre des Finances ph: archive

Situation financière de l’Algérie

Le pire est passé, mais tout reste à devenir

Par:  Reda Hadi

Si la situation financière a pu profiter un tant soit peu de l’embellie passagère de la hausse des prix du pétrole, Abderrahmane Raouia, ministre des Finances, a affirmé que si la situation financière actuelle  n’est pas aisée, elle  sera meilleure, en termes  d’équilibrage budgétaire,  à compter de 2019.


«Cette tendance positive se poursuivra même en 2020», a-t-il indiqué lors de la présentation de la loi de finances 2018 à l’APN. Selon lui, le Fonds de régulation de recettes (FRR) pourra, à partir de  2019, financer le déficit du Trésor public.

Pour rappel, la décision de faire appel à la Banque centrale pour financer les besoins du Trésor public a été prise lors du Conseil des ministres qui s’est tenu le 6 septembre 2017. Il faut dire que le projet de loi qui a été présenté par le ministre des Finances intervient dans un contexte particulier caractérisé sur le plan interne par la poursuite des pressions financières, et sur le plan externe, par la non-stabilité des marchés pétroliers, en dépit de l'accord d'Alger portant réduction de la production et qui a été prolongé jusqu'à mars 2018 pour aboutir à la stabilité des cours du pétrole. Ce projet de loi s’inscrit dans le cadre des efforts visant à soutenir la croissance et la préservation des équilibres macro-économiques, tout comme il est à même de préserver le pouvoir d’achat des familles algériennes», a mis en exergue le ministre des Finances lors de sa présentation de ce texte.

Le PLF 2018, qui affiche pour la première fois depuis plusieurs années, des dépenses d’équipement supérieures aux dépenses de fonctionnement, est aussi à même de favoriser, à moyen terme, une hausse de la croissance économique à 2 ou 3% ouvrant ainsi la voie à la réalisation de l’objectif de 7% de croissance, à l’horizon 2030. En somme, il s’agit d’un projet de loi qui «ambitionne de relancer l’économie nationale», relève le ministre des Finances. En effet, les nouvelles mesures législatives et fiscales, qui devraient entrer en vigueur dès l’année prochaine, à la faveur du PLF 2018, viennent consolider l’investissement productif et renforcer les recettes budgétaires tout en maintenant le dispositif de la solidarité nationale.

Le ministre des Finances a fait état de signes d'amélioration de données de l'économie nationale, notamment des exportations des hydrocarbures, outre le recul du taux d'inflation et l'amélioration de la couverture des dépenses de gestion grâce à l'augmentation du recouvrement de la fiscalité ordinaire, mettant en avant les grandes lignes de la politique financière nationale pour la période 2018-2020.

Les chiffres relatifs à la situation économique du pays jusqu'à août 2017 dénotent d’une augmentation du prix du brut algérien avec une moyenne de 50,6 dollars/baril, une reprise relative des exportations en hydrocarbures qui a atteint 21,3 milliards de dollars avec un léger recul des importations de marchandises, passant de 31,7 milliards de dollars à 30,8 milliards dollars en 2017, ce qui a entraîné un ralentissement du déficit de la balance commerciale, passant de 11,4 milliards de dollars à 7,1 milliards de dollars à fin août 2017.

Il faut savoir par ailleurs que le taux d’inflation a enregistré un recul passant de 6,5 % à fin août 2016 à 5,7% à fin août dernier. Il en est de même pour le déficit du Trésor qui a reculé à près de 380 milliards de dinars fin juin 2017 contre 1 769 milliards de dinars durant la même période de l’année 2016. Ces nouveaux chiffres s’expliquent par «une augmentation des recettes et un recul des dépenses». Cependant et en dépit de ces chiffres, l’économie nationale est appelée à faire face à nombre de défis nécessitant le maintien d’un niveau acceptable de croissance en vue de garantir une prise en charge.

Lu 72 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Concert de musique andalouse à Alger

A la mémoire de Cheikh Abdelkrim Dali

Concert de musique andalouse à Alger

Le hacker arrêté à Batna et assurance d’Algérie Télécom

Soupçonné d’avoir piraté le système d'information d'Algérie Télécom

Le hacker arrêté à Batna et assurance d’Algérie Télécom

Même croissante, rien n’est encore acquis

Coopération algéro-française

Même croissante, rien n’est encore acquis

L'Algérie a franchi de «grands pas»

Développement et protection sociale

L'Algérie a franchi de «grands pas»

936 projets touristiques pas encore lancés

Sur 1 800 retenus au niveau national

936 projets touristiques pas encore lancés

Une contribution essentielle mais à quel prix ?

L’apport du privé peut s’avérer dans l’essor national

Une contribution essentielle mais à quel prix ?

Une victoire sans la manière

Algérie-Centrafrique

Une victoire sans la manière

Les lobbies de l’importation pointés du doigt

Retard dans l’application du Pacte national économique 

Les lobbies de l’importation pointés du doigt

Une ville riche en potentialités, pauvre en initiative et volonté

Le climat des affaires à Bou-Saâda

Une ville riche en potentialités, pauvre en initiative et volonté

Une lumière qui s'éteint

Bou-Saâda avant et après

Une lumière qui s'éteint