LCA - L’euro s’envole dans le marché noir

صورة: أرشيف

Avec l’été qui est là

L’euro s’envole dans le marché noir

Par:  Reda Hadi

Dans tous les  pays du monde, le marché de la devise est régulé en partie par les bureaux de change, où l’on peut acheter et vendre des devises. Or le cas algérien est très singulier dans le marché de change, car la devise étrangère n'est pas disponible à l'achat dans les banques en l'absence des bureaux de change, ce qui a permis la prolifération des opérations sur le marché noir à un taux qui ne répond à aucune règle monétique.

La Place du Square Port-Saïd à Alger est une référence de ce système de change parallèle qui domine le marché en plus de plusieurs bureaux de change informels connus par les Algériens. Des services de change sont proposés dans des magasins d'alimentation générale, vente de vêtements, de téléphonie mobile et des restaurants sur tout le territoire algérien.

Hier l’euro, devise de prédilection des Algériens, s’est échangé dans cette bourse informelle au prix de 190,20 DA pour un euro.

Avec l’envie de nos compatriotes de séjourner dans des pays étrangers pour passer des vacances, la cote de l’euro ne cesse de grimper, et des cambistes du square Port Saïd estiment qu’à ce rythme, l’euro atteindra très vite les 200 dinars l’unité. Une montée qui, bien sûr, n’a pas empêché les Algériens de se ruer vers ces bureaux informels.

Des analystes estiment que la cote de l’euro est due à une politique adaptée et que la spéculation de cette devise ne va pas s’arrêter de sitôt. Un mouvement à la hausse accentué aussi par la venue massive d’émigrés, qui ont déjà échangé leurs devises en France, contre des dinars sonnants et trébuchants en Algérie, entraînant par voie de conséquence un manque sur le marché parallèle, influe évidemment sur les prix à la transaction.

Mais pourquoi donc cette flambée ?

A Port-Saïd, on affirme que «C'est curieux, pour la première fois, l'euro est devenu rare, la demande est-elle devenue plus importante que l'offre ?». La montée de l'euro remonte à février. «En ce mois, le change était de 147 dinars pour un euro à l'achat, on a par la suite connu un manque flagrant de liquidités. Pourquoi cet état de fait ? Comment se fait-il que l'euro atteigne des proportions aussi importantes ? Difficile d'avoir des explications sérieuses, d’autant que malgré l'arrivée de l'été et la venue des émigrés, cela a encore compliqué les choses et l'euro reste très cher.

Plusieurs pistes sont évoquées par ces cambistes au noir. Certains évoquent des investissements à l'étranger. «On parle des gens riches qui achètent sans compter ... par valises, ils échangent des dinars pour l'euro... qu'ils placent ailleurs à l'étranger». En tout cas, ce ne sont pas les importateurs qui sont derrière la montée de l'euro, assurent-ils.

Pour rappel, la mission d’évaluation de l’économie algérienne du FMI encourage de nouveau le pays  à «une plus grande flexibilité du taux de change», ce qui permettrait notamment le développement du secteur privé.

Alors que la convertibilité du dinar est limitée, les administrateurs préconisent la mise en œuvre de mesures pour développer le marché des changes obligataire et réduire l’activité sur le marché parallèle, estimé à 5 milliards de dollars par an. Le 12 avril, le gouverneur de la Banque d’Algérie avait jugé «prématurée» l’ouverture des bureaux de change.

Lu 1239 fois Dernière modification le lundi, 24 juillet 2017 20:31

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

ville touristique ou dépotoir ?

Aïn Tagouraït (Tipasa)

ville touristique ou dépotoir ?

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

Journée mondiale contre le gaspillage alimentaire

Le verbe «gaspiller» conjugué à tous les temps

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Insécurité dans les hôpitaux

L’Ordre des médecins se dit inquiet

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

Necib au sujet du rejet des eaux usées à Alger

Le problème sera résolu à l'horizon 2020

270 000 logements à réaliser en 2018

Ils concerneront les formules AADL, LPA et ruraux

270 000 logements à réaliser en 2018

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

Avec 12 milliards de DA remboursés rien que pour les arrêts de maladie

La Trésorerie de la Cnas bat de l’aile !

En bonne voie, selon Xavier Driencourt

Projet d’usine de Peugeot en Algérie

En bonne voie, selon Xavier Driencourt

«L’APN assumera sa responsabilité»

Financement non conventionnel, inflation, gaz de schiste

«L’APN assumera sa responsabilité»

10 185 médecins algériens exercent en France

Ils représentent 38% des étrangers installés à Paris

10 185 médecins algériens exercent en France

L’Algérie résiste avec un taux de croissance de 1,5%

Malgré la récession et la crise

L’Algérie résiste avec un taux de croissance de 1,5%

500 milliards de DA de subvention en 2018

L’Etat à la rescousse de la CNR

500 milliards de DA de subvention en 2018