LCA - L’Arav va-t-elle sévir ?

L’Arav va-t-elle sévir ?

Avec l’appui et le soutien exprimés par le ministre de la Communication

L’Arav va-t-elle sévir ?

Par:  Abderrahmane Kadri

La déclaration du ministre, rapportée par l’agence officielle, sonne comme une prise de position sans détours en faveur de l’application de la loi dans toute sa rigueur contre l’anarchie provoquée par le comportement irresponsable de certaines chaînes télé privées.

L’Autorité de régulation de l’audiovisuel (Arav) doit pouvoir assumer ses responsabilités et ses missions», a déclaré le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, lors de l’audience qu’il a accordée, dimanche, au président de cette instance, Zouaoui Benhamadi.

«La rencontre a permis au ministre de s’enquérir du travail et des actions menées par l’Autorité de régulation de l’audiovisuel, et d’assurer son président, de la disponibilité entière du ministère de la Communication et, à travers ce dernier, du gouvernement à lui apporter aide et soutien afin de lui permettre d’assumer pleinement ses responsabilités et ses missions tel que le stipulent les textes de loi en vigueur», précise un communiqué du ministère rendu public à l’issue de cette audience.

La déclaration du ministre, rapportée par l’agence officielle, sonne comme une prise de position sans détours en faveur de l’application de la loi dans toute sa rigueur contre l’anarchie provoquée par le comportement irresponsable de certaines chaînes télé privées.

Des chaînes, dont la conduite et l’impunité apparente, auraient suggéré l’existence d’une éventuelle protection de la part de certains cercles du pouvoir, mais la participation du frère et conseiller du président de la République au sit-in organisé samedi 3 juin devant le siège de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (Arav), à Alger pour se solidariser avec l’écrivain Rachid Boudjedra est venue couper court à une telle rumeur.

Pour exprimer son indignation et sa désapprobation de l’acte commis par la chaîne télé en question, le frère et conseiller du président a usé d’un terme des plus forts, ignominie en l’occurrence, qui, selon Larousse, est un «degré extrême du déshonneur ou de l’indignité, résultant d’un outrage public, d’une condamnation ou d’une action infamante».

Lu 463 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Le vaccin made in Algeria dans 3 ans

Création d’une société mixte algéro-française

Le vaccin made in Algeria dans 3 ans

Le Président Bouteflika est «parfaitement en forme»

Jean-Yves Le Drian, MAE français

Le Président Bouteflika est «parfaitement en forme»

Ouyahia courtise les Algériens de l’étranger

Des mesures incitatives annoncées à leur faveur

Ouyahia courtise les Algériens de l’étranger

Le général à la retraite Mohamed Attailia est mort

à l’âge de 86 ans 

Le général à la retraite Mohamed Attailia est mort

Signature prochaine d’une charte entre le FCE et Ouyahia

Mise en œuvre du partenariat public-privé

Signature prochaine d’une charte entre le FCE et Ouyahia

A quoi veut jouer Trump ?

Statut de Jérusalem

A quoi veut jouer Trump ?

La coopération économique et sécuritaire au menu

Ahmed Ouyahia aujourd’hui à Paris

La coopération économique et sécuritaire au menu

Macron veut de nouvelles relations avec les jeunes

Le dossier mémoriel en suspens

Macron veut de nouvelles relations avec les jeunes

Utilisation de 150 000 tonnes/an de sucre

Industrie de production de boisson

Utilisation de 150 000 tonnes/an de sucre

Une visite de courte durée

Macron aujourd’hui à Alger

Une visite de courte durée