LCA - Il n’y a pas que les ménages qui en profitent

Lait en sachet subventionné

Il n’y a pas que les ménages qui en profitent

Par:  Réda Hadi

L’utilisation du lait dans l’industrie agroalimentaire fait débat et suscite la polémique parmi la population. En effet, étant un produit subventionné par les pouvoirs publics, et qui ne devrait être utilisé par l’industrie agroalimentaire que sous certaines conditions, ce produit reste largement utilisé et détourné de sa destination initiale, à savoir les  ménages en premier lieu. Une situation, qui, dans une certaine mesure, agace la population, estimant que le lait subventionné ne devrait être utilisé que par les ménages, et sûrement pas profiter aux grands groupes alimentaires. En effet, même le président de la fédération a relevé cette faiblesse en estimant que le Trésor public subventionne en masse l'importation du lait, de cheptel laitier, les activités de collecte, pour finalement obtenir un produit destiné à être transformé en yaourt, en fromage et non pas pour être consommé en l'état par les Algériens. Rejoignant en cela la vox populi qui estime que l'aide de l'Etat doit aller aux plus démunis, et non pas vers ceux qui ont des revenus conséquents.

La volonté du maintien de ce prix administré à 25 DA oblige notre pays à assurer des subventions à tout-va, dédiées à l’ensemble des maillons de la chaîne de production. Ce qui représente plus de 50% du prix pratiqué par les commerçants. L’Algérie, faut-il le souligner, est le seul pays au monde qui perpétue ce soutien pour le lait.

Cependant le geste de l’État envers les couches les plus nécessiteuses profite également à d’autres catégories de consommateurs plus aisées. Pis, cette aide étatique fait l’objet d’un détournement massif de la part des intervenants dans la filière pour des intérêts personnels. Les aides sont réparties à raison de 12 DA/litre au profit des éleveurs, 5 DA/litre pour la collecte, la production du LPC apporte 4 DA/litre aux laiteries. Si celles-ci utilisent le lait cru, elles bénéficieront d’une subvention de 6 DA/litre. À cela, il y a lieu d’ajouter les aides pour les intrants et les équipements, les différentes exonérations des taxes… qui ont touché quelque 26 000 éleveurs. Mieux, plus de 147 000 tonnes de poudre de lait ont été distribuées dont 67 000 tonnes seulement pour les unités publiques. Cette action a permis une production de 1,4 milliard de litres rien qu’en 2011 pour une valeur de 11 milliards de DA. Le reste, soit 80 000 tonnes, a été attribué au secteur privé.

Pire que cela, le lait fait l’objet d’un juteux trafic de contrebande à nos frontières, et nos voisins ne se gênent nullement de s’offrir du lait subventionné algérien.

Pour des experts, les règles existent et une loi a même été votée pour l’utilisation du lait. Reste que comme à l’accoutumée, celles-ci ont vite été détournées, et il n’est pas rare de voir des cafés et autres cafeterias se faire livrer du lait en sachet alors que cela ne devrait pas être le cas.

 

Lu 76 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

A lire aussi

Gaïd Salah aujourd’hui à Bordj El-Bahri

Réunion d'orientation des responsables des structures de formation de l’ANP

Gaïd Salah aujourd’hui à Bordj El-Bahri

300 000 opérations de retraits en trois jours

Algérie Poste/ Carte Edahabia

300 000 opérations de retraits en trois jours

581 enseignants grévistes radiés et 19 000 mis en demeure

Le ministère de l’Education sévit

581 enseignants grévistes radiés et 19 000 mis en demeure

«Certains intellectuels s’opposent à l’enseignement de l’arabe en France»

Jack Lang, ancien ministre français de la Culture

«Certains intellectuels s’opposent à l’enseignement de l’arabe en France»

90 safranières ont déjà été créées

L’or rouge en Algérie

90 safranières ont déjà été créées

Un produit que la lourdeur administrative peut faire disparaître

Le couteau «Bou Saâdi»

Un produit que la lourdeur administrative peut faire disparaître

Le parent pauvre de l’économie nationale

Les métiers artisanaux en Algérie

Le parent pauvre de l’économie nationale

Michel Cornaton dénonce le «mensonge d'Etat»

Dans une «guerre sans nom»

Michel Cornaton dénonce le «mensonge d'Etat»

1,1 million de personnes assistées par l’Etat

Agence de développement social (ADS)

1,1 million de personnes assistées par l’Etat

Une percée et du potentiel

Industrie du textile et des cuirs

Une percée et du potentiel